MS Porrima
La vie est faite de rebondissements n’est ce pas ! Porrima a traversé quelques aventures dernièrement. On vous laisse découvrir… »

Porrima

En route vers l’odyssée bleue

Le navire, aujourd’hui baptisé Porrima, voit le jour en 2010 sous le nom de PlanetSolar. Ce bateau est recouvert de technologies solaires sur son pont et évolue continuellement. PlanetSolar avait pour objectif de démontrer que cette énergie renouvelable pouvait le faire voguer à travers les océans. Et tout sa, en totale autonomie. Dorénavant, il s’agit d’un objectif atteint avec succès !

Puis aux côtés de la fondation « Race for water » , le bateau s’est orienté vers une mission de sensibilisation. Son but, mesurer l’état général des océans de la planète. Pour ce faire, le bateaux s’est équipée de nouveaux équipements comme le Skysails, une technologie d’aide à la propulsion par la force du vent.

Depuis, le Skysails s’est vu complété par une autre technologie liée à l’hydrogène . Une première installation encore en prototype est déjà capable de fournir avec les éléments de la Terre un grand rendement d’énergie. Avec l’eau de mer et le rayonnement solaire comme carburants,  jusqu’à 10% de l’énergie nécessaires au fonctionnement du navire est fourni avec cette nouvelle technologie.

Fin 2021, le bateau part d’Osaka, passe par l’Expo Universelle à Dubaï et rejoindra ensuite Kenitra au Maroc pour installer les toutes dernières technologies pensées pour lui et réadapter sa structure. Cela représente une étape essentielle pour préparer l’Odyssée bleue. Puis il naviguera autour de la Méditerranée avant de se lancer sur les océans de la planète en 2023.

Le Porrima, l’aventure au japon pour 2025

En 2025, c’est à l’Exposition Universelle d’Osaka qu’il viendra montrer le bout de son étrave.

Cette Odyssée, nous souhaitons la rendre accessible au grand public, afin de devenir un formidable vecteur d’espoir et de connaissances !

PlanetSolar entame aujourd’hui une nouvelle phase de sa vie. Le bateau  s’apprête de nouveau à faire peau neuve en s’équipant d’innovations de pointe. Ce bateau porte à merveille la philosophie de l’économie bleue qui est synonyme d’espoir et de sagesse. En effet, chérir la vie et se tourner vers le futur, c’est aussi apprendre, comprendre et être responsable. C’est la raison pour laquelle il arbore désormais le nom de Porrima. Une déesse portant la vision de l’avenir et protectrice des femmes enceintes dans la mythologie romaine.

 

Constat plastique

Les chiffres de l’urgence

Aujourd’hui, un enfant naît en moyenne avec 15 fois plus de microplastiques dans l’organisme qu’un adulte de 50 ans. Les nouvelles découvertes prouvent que les microplastiques traversent la barrière du placenta et vienne perturber le développement des nouveaux nées.

Dans notre environnement actuel, un adulte ingère en moyenne 2000 micro particules de plastique par semaine. C’est l’équivalent d’une carte de crédit, soit 5 grammes. Sur une année, cela représente plus de 250 grammes…

Un septième continent a émergé, celui du plastique. Le constat sur son impact est sans appel : tous ces plastiques se dégradent au fil du temps pour devenir quasiment invisibles et, de fait, encore plus invasifs.

Les microplastiques sont en train de pénétrer nos corps silencieusement.
Le problème est invisible, mais pas moins présent: les additifs nocifs et parfois toxiques se libèrent dans nos océans avant de se répandre partout.

Notre philosophie est de mettre toute notre énergie sur des solutions concrètes dont l’action peut être mesurable.

L’histoire du logo

Le troisième paradis

Tout d’abord l’histoire d’un un artiste, Michelangelo Pistoletto. Peintre qui a marqué l’art avec des innovations comme la peinture sur miroirs mais qui a également laissé parler sa dimension de philosophe au delà de sa peinture.

Ses observations l’ont amené à constater qu’à travers l’Histoire, le symbole de l’infini est omniprésent : un 8 couché. Il a symbolisé le premier cercle comme étant celui du passé, le deuxième représentant le futur.  Au centre de cela, le présent ne représente qu’un petit point (l’intersection du passé et du futur). Cette représentation nous laisse entendre que nous sommes limités par un présent qui reste trop éphémère pour agir.

Michelangelo préfère laisser de la place au présent, et le représente par un troisième espace.
C’est cet espace du présent qui nous permet, à nous être humain, de créer, agir, changer les choses.
Si le présent n’est qu’éphémère dans notre esprit, dans notre philosophie, il est inutile.
L’être humain doit créer dans son esprit, dans sa philosophie, cet espace pour qu’il devienne une occasion d’agir, imaginer, réaliser, créer un paradis.

En s’appropriant une déclinaison de ce symbole, nous avons ajouter les symboles de vie avec lesquelles nous interagissons quotidiennement. Il s’agit de l’hydrogène, les baleines, les fleurs où encore les légumes. Les outils et connaissances que nous avons à notre disposition aujourd’hui (les robots, les objets manufacturés) sont également ajoutés à la déclinaison de ce symbole.
Ensemble, nous souhaitons créer l’espace de présent pour imaginer le futur, tout en gardant la conscience du passé.

Image Michelangelo pistoletto

Les Technologies du MS Porrima

Inspirées de la nature

Filtration du son

Comment écouter tous les sons dans l’eau, isoler les battements de cœur d’un poisson et déterminer sa taille et son emplacement, comme le font les requins ? Porrima embarquera un nouveau système développé par le Dr. Jorge Reynolds, grand scientifique et observateur des baleines depuis 50 ans. C’est lui qui organisa, à l’aide de milliers d’écouteurs, les concerts de chants de baleines « pris sur le vif » en direct du Pacifique et retransmis à l’Exposition  Universelle d’Hanovre en l’an 2000.

Rideaux d’algues

Comment les algues capturent le CO2, créent un havre de paix pour les poissons juvéniles et absorbent les microplastiques pour produire du gaz et de l’engrais ? Là encore nous pouvons nous inspirer de cette technologie pour améliorer notre environnement.

Nous livrons la preuve que les rideaux d’algues sont des barrières recyclantes des micro-plastiques. Les petites pièces de plastiques entre 0,2 cm et 300 microns sont absorbées par les végétaux marins et grâce à leur fermentation (lors de leur compostage sous l’eau), les micro-plastiques sont libérés et détruits.

Prévisions sous marines

Comment réaliser des prédictions météorologiques en mer autrement qu’avec des outils de mesure classiques ? En utilisant les techniques de BIOceanOr, une start-up créé par Charlotte et Samuel Dupont qui ont mis au point une station météo sous-marine connectée. Elle permet d’analyser la qualité de l’eau en temps réel et par prédiction, à l’aide d’outils submergés qui observent en continu quinze paramètres dans l’océan.

 

Le vent comme moteur

Des jouets millénaires au service d’une énergie propre

Porrima est équipé de la dernière technologie Skysails qui permet au bateau d’avancer grâce à une traction éolienne. La technologie Skysails est un cerf-volant relié par un câble qui va utiliser la force du vent, couplé à un système de yo-yo . Ce cerf-volant permet de créer de l’énergie grâce au va et vient de la voile.

Cela permet donc d’avoir une traction physique (via une voile classique) tout en ayant également une génération d’énergie.

Parallèlement, quand le cerf-volant fonctionne, les hélices sont inversées et génèrent de l’éléctricité pour une double production d’énergie.

Le modèle qui équipe actuellement Porrima ne permet à la voile de couvrir qu’une dizaine de degrés d’angle. Les prochaines modifications qui lui sont bientôt apportées lui permettront d’atteindre 180° d’angle, grâce à l’installation de daggers (des pointes) autoréctractables.

Origami

Inspiré des techniques japonaises de l’Origami ou du célèbre Couteau-Suisse, l’habitacle de Porrima est optimisé afin d’avoir a disposition le plus d’outils, d’espace et de technologies sur une surface la plus réduite possible. Tous les meubles sont multifonctionels et le salon VIP est conçu pour produire de la spiruline, du Kombucha et des champignons.

Systèmes de vision 3D

Porrima sera la première plateforme de production d’images sous-marine en 3D. La technologie mise en oeuvre s’inspire du fonctionnement de nos yeux face à l’activation des photons devant un écran. Il s’agit des premiers systèmes de vision 3D développés par l’équipe de Shawn Frayne chez Looking Glass Factory.
Le bateau sera le premier capteur d’images en full 3D pour créer les programmes visuels nouvelle génération. Cela permet de présenter la vie comme elle est, c’est à dire en 3D.

Nouvelles énergies

Comment utiliser l’eau de mer, le soleil et le vent pour produire de l’eau potable et de l’électricité en s’inspirant des écosystèmes ? Porrima intègre un système d’énergie hydrogène issu de l’eau salée, combinée à la destruction des nano-plastiques par pyrolyse à haute température sous-vide. Le navire génère de l’énergie également par l’usage d’un cerf-volant Skysails qui combine trois grandes innovations dans l’histoire: le kite, le jojo et l’horloge cuckoo.

Le dernier permet de moduler la force du vent à une énergie stable.

Communiquer par la lumière

Adaptation de la technologie Li-Fi pour la communication sous-marine

LIFI

La communication entre les plongeurs a toujours été complexe. La langue des signes a longtemps été la seule solution pour échanger des informations basiques sous l’eau. De plus, à ce jour, la communication sous-marine n’est pas toujours possible, du fait du manque de visibilité.

Là encore, une innovation peut faire la différence. Le Pr Suat Topsu et ses équipes ont développé une LED de couleur vert menthe pour assurer une pénétration lumineuse optimale dans l’eau. Le masque de plongée LiFi utilise la lumière de cette LED pour transmettre la voix d’un plongeur à un autre. Il est ainsi possible de parler au plongeur avec qui un contact visuel a été établi.

Ce mode d’interaction fluide et intuitif ne nécessite donc aucune action manuelle. Il permet également de faciliter les échanges entre les plongeurs et l’équipage.

Tout comme pour la langue des signes, la distance de communication maximale est actuellement d’environ 2,5 à 3,5 m selon la clarté de l’eau.

Le Porrima sur les flots

En route pour faire peau neuve

Après dix ans de navigation et pour rester à la pointe de la technologie, Porrima est prête pour une escale technique d’un an. Cet escale est faite afin d’être réhabilitée et équipée des nouvelles technologies pensées pour ses expéditions.

Porrima retourne à quai avec déjà une grande expérience derrière elle, autant du point de vue solaire avec ses panneaux que dans la navigation à voile avec son Skysails. La technologie ayant beaucoup progressé ces dix dernières années, nous pouvons aujourd’hui faire encore plus et adapter ses équipements aux dernières évolutions.

Concernant la technologie Skysails, le cerf-volant ne peut actuellement servir que sur un angle de 30°. Une fois les modifications apportées, il sera possible de l’utiliser sur 180° et donc d’augmenter son efficacité et sa génération d’énergie.

Un système d’inversion des propulseurs sera également installé pour être utilisé lorsque le bateau est tiré par le vent. Ce système permettra que les propulseurs puissent également générer de l’énergie et la transformer en hydrogène.

Enfin les ingénieurs installeront un panneau rétractable qui permettra de suivre la position du cerf-volant plus facilement.

Afin de supporter le poids des technologies supplémentaires, les flotteurs de Porrima seront rallongés de cinq mètres.

L’excédant d’énergie ainsi crée à bord de Porrima permettra de développer une pêche inspirée des dauphins grâce à des rideaux de bulles d’air. Les dauphins arrivent à sélectionner la taille des poissons qu’ils pêchent ce qui préserve naturellement les mères porteuses et garanti une pêche durable. Un exemple que nous suivrons dès que la technologie le permettra !

L’équipe du Porrima à le souhait que ces nouvelles implémentations permettent également d’être partagées auprès des nouvelles générations. Nous voulons donc faire découvrir ces technologies au grand public.

Nous souhaitons inspirer les entrepreneurs du bien commun.

Pour cela, Porrima sera au rendez-vous de nombreux rassemblements internationaux afin d’échanger autour des enjeux liés aux océans, aux plastiques, aux technologies et bien plus encore. Une occasion rêvée pour rencontrer le public, les rêveurs, les enfants, les entrepreneurs et les chercheurs !

L’objectif de Porrima est d’inspirer le monde avec des « preuves par l’actions ». Il s’agit donc d’une démonstration concrète et adaptée d’une révolution technologique, ceci afin de prouver au grand public son efficacité et sa pertinence.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et nôtre page blog pour suivre l’itinéraire !

Une collaboration

Un projet porté par le nombre

Message du Président

Gunter Pauli

Nous pensons qu’une nouvelle génération d’entrepreneurs peut et va jouer un rôle essentiel dans le changement de la société. Les sciences et les techniques inspirées par la nature inspireront cette nouvelle classe d’ingénieurs.

Aujourd’hui, les équipes de Porrima se concentrent uniquement sur les inventions et innovations qui serviront le bien commun. Le MS Porrima, navire expérimental, est un outil très efficace que nous pourrons exploiter pendant des décennies afin de servir l’esprit d’entreprise. La forme et l’allure de ce catamaran de 36 mètres qui englobe de nombreuses innovations comme s’il s’agissait d’une communauté – et qui a déjà fait trois fois le tour du monde – ont un attrait unique.

Ce navire expérimental incarne nombre de nos technologies préférées. Toutefois, ce navire est plus qu’une démonstration d’énergies renouvelables allant du solaire (540 mètres carrés) au cerf-volant à intelligence artificielle (captant le vent permanent jusqu’à 800 mètres), en passant par l’hydrogène fabriqué à partir d’eau de mer. C’est un faiseur de changement. Ces technologies sont conçues et améliorées en permanence par un réseau de scientifiques qui collaborent depuis 1994. Ils s’investissent dans le cadre de la philosophie des émissions zéro, d’une approche pragmatique des problématiques environnementales d’aujourd’hui ainsi que pour la concrétisation de projets innovants, connus sous le nom d’économie bleue.

Les membres du Porrima Board

Gunter
Pauli

Gunter est le fondateur de la Fondation Porrima, conférencier  et auteur de l’ouvrage l’Economie bleue traduit dans plusieurs langues. Il œuvre pour le développement de cette nouvelle philosophie inspirée de la nature. Gunter Pauli œuvre afin d’apporter des solutions pragmatiques aux enjeux actuels. Il s’investit également dans l’éducation avec l’écriture de fables afin d’inspirer les prochaines générations à réfléchir avec et grâce à la nature.

Melinda
Woolf

Melinda est la fondatrice de la fondation Future For Humanity, qui lance des projets en tant que solutions pour les objectifs mondiaux des Nations unies. Melinda s’attache à imaginer et à développer les « Moonshots » que nous n’avons peut-être pas encore imaginés et qui sont régénérateurs par nature, c’est-à-dire bons pour les gens et pour notre planète.

Laurent
Maire

Me Laurent Maire exerce la profession d’avocat depuis un quart de siècle. Il a fondé il y a 20 ans l’étude MCE Avocats, qui est aujourd’hui présente dans toutes les régions linguistiques de Suisse ainsi qu’à l’international. Actif principalement dans le droit des sociétés. Très actif dans le milieu culturel et impliqué dans le développement durable.

Davor
Pavuna

Davor est l’un des scientifiques leader dans les propositions post physique quantique. C’est un grand promoteur des travaux de Nikola Tesla, dont il gère la fondation mondiale depuis la Suisse.  Cette même fondation développe des initiatives issues du grand scientifique et inventeur dans sa ville natale.

Eric
Sarasin

Eric à fait le souhait, après une longue carrière internationale dans le secteur bancaire, de mettre ses compétences et ses ressources au service de projets ayant un grand impact environnemental.

Adriana
Marais

Adriana est présente à haut niveau dans plusieurs domaines : athlète reconnue, docteure en physique quantique, candidate pour les missions sur Mars. Elle dirige la fondation ProudlyHumans avec laquelle elle prépare des équipes au voyage vers Mars.

Une initiative internationale

Le projet du navire Porrima et de la structure Blue Innovation sont une initiative Suisse soutenue par de nombreux pays et notamment le Japon. La société Saraya est également un partenaire clé du projet, elle oeuvre pour créer des alternatives écologiques dans le monde.

Les expériences apprises et les technologies mises en oeuvre lors de son odyssée autour du monde seront rapportées et valorisées au Japon par NHK. NHK est la chaîne de radio et télévision nationale du Japon qui diffuse en japonais, chinois et anglais.

Share This